Mode responsable, mode éthique, mode durable… les termes sont multiples et pour vous aider à y voir plus clair, on s'est dit qu'apporter quelques éclaircissements serait bienvenue ! 


1. Reprenons donc là où tout a commencé, avec la mode responsable :

D’après e-RSE.net, “la consommation responsable est un mode de consommation qui prend en compte les critères du développement durable, c’est-à-dire une consommation qui soit à la fois respectueuse de l’environnement, bénéfique pour l’économie (notamment locale), bonne pour la santé, mais aussi positive pour la société.”

Concrètement, cela signifie quoi ?
Que lorsque l’on parle de mode responsable, cela implique une consommation réfléchie qui n’est plus impulsive, mais qui répond et correspond à différents critères de valeurs. On va donc chercher à savoir ce qui se cache derrière ce jean qui nous fait de l’oeil, au-delà du simple fait de le trouver canon. On ne va plus fonctionner au coup de coeur, mais on va s'interroger sur les caractéristiques du vêtement. Sur sa qualité, sa composition, ses conditions de fabrication, son impact environnemental et/ou sociétal. Mais au-delà de ces critères, consommer responsable revient avant tout à penser notre achat. Est-ce par besoin, par caprice, par “effet de mode”, par utilité ? A-t’on vraiment besoin d’acheter ce jean alors que nos placards sont déjà pleins à craquer d'un jean similaire ? ("non mais celui-ci est brut, je n'en ai pas des comme ça" ;) On est tous pareils !)

En somme, la mode responsable nous invite à prendre le temps de la réflexion avant chaque achat, en prenant en considération des éléments précis qui favorisent et respectent l’Homme et/ou l’Environnement.

C’est là que toutes les autres modes entrent en jeu… 

2. À commencer par la mode éthique :

Pour faire simple et efficace, la mode éthique, c’est un peu comme le petit frère de la mode responsable. Sauf que le mot “éthique” a une connotation plus forte, elle touche à la morale de la personne, à son identité. Il y a une dimension sociale très importante lorsqu’il s’agit de parler de mode éthique.
Ici, on va particulièrement s’interroger sur la provenance du produit. En effet, ce sont toutes les étapes de la chaîne de production qui vont être passées au crible. De l’élaboration à la distribution du produit, on va se préoccuper des conditions de travail auxquelles sont soumis tous les acteurs de cette chaîne. Ces conditions doivent évidemment être respectueuses de l’Homme, de sa santé, de son intégrité, mais aussi de l’Environnement.

3. Puis il y a la mode éco-responsable :

Il s’agira ici de favoriser une mode plus respectueuse de l’environnement de différentes manières. Par exemple en terme de :

  • Matières premières : préférences portées sur des matières naturelles, biologiques, biodégradables, recyclées, ou encore upcyclées
  • Choix de l’agriculture : agriculture totalement biologique (sans OGM, ni pesticides) ou agriculture raisonnée qui est moins intensive. Avec une limitation des quantités de pesticides et d’engrais chimiques dans le but de limiter leur impact sur l’environnement, sans pour autant impacter leur rendement
  • Teintures des tissus et tannage du cuir : on favorisera des teintures naturelles et un tannage végétal plutôt que chimique
  • Réduction voire arrêt complet du délavage car cela utilise énormément d’eau et de substances chimiques
  • Conception zéro-déchet
  • Transports limités

4. À cette liste va s’ajouter le concept de mode durable :

Cela va concerner la préservation des ressources et la limitation de leur utilisation pour éviter le gâchis : recyclage du vêtement, upcycling, Do it yourself, seconde main… redonner une seconde vie au produit, ou alors en prendre soin afin que son cycle de vie soit le plus long possible.

5. Également, celui de la mode équitable :

Vous avez sûrement déjà entendu parlé du commerce équitable ! Cet échange économique dont le but est de rééquilibrer la balance économique entre les intérêts de la partie la plus faible (agriculteurs, producteurs, artisans…) et ceux de la partie la plus forte, afin de réduire les inégalités. C’est une manière solidaire de travailler avec des populations défavorisées. Dans ces cas-là, les entreprises s’assurent que les travailleurs sont rémunérés de manière juste et bénéficient de bonnes conditions de travail. Bien qu’initialement, le système du commerce équitable serve à assurer le progrès économique des pays dits en développement, on assiste depuis ces dernières années à l’essor du commerce équitable franco-français avec l’émergence des marques “Made in France”.

Acheter une marque “fair trade”, c’est donc redonner à tous les “petits” acteurs de la chaîne de production, bien souvent oubliés, toute leur valeur, et ainsi reconnaître leur travail.

6. Et enfin, la mode engagée :

Cette mode là, c’est le parti pris d’une marque ou d’un acteur de la mode d’exprimer son mécontentement, son soutien, son désaccord, sa voix sur un sujet de société au travers de campagnes, vidéos, photos, collections…
Exemple : Kering et LVMH qui s’engagent en 2017 à ne plus employer de mannequins trop maigres et trop jeunes.

Vous l’aurez donc compris, la mode d’aujourd’hui peut (doit) être responsable, équitable, éthique, durable et engagée. Elle répond à différents codes et chacun se l'approprie selon ses propres valeurs. Sur Byoo Store, nos marques ne sont pas parfaites, mais elles font de leur mieux pour essayer de changer les choses. Et ça, c'est déjà beaucoup.