Alors que la mode est aujourd’hui considérée comme l’une des industries les plus polluantes au monde, les consommateurs responsables se tournent vers des entreprises respectueuses de l’environnement et engagées pour sa protection. La responsabilité sociale des organisations est désormais au cœur des préoccupations et les marques éthiques se font de plus en plus nombreuses. Les consommateurs, aussi exigeants qu’informés, se tournent vers des collections durables et labellisées. Néanmoins, l’apposition d’une jolie vignette colorée ne garantit pas toujours sa viabilité. Voici un tour d'horizon des labels reconnus. 

Lucie : la consécration de la responsabilité sociale 

En quelques mots, le Label LUCIE est aux entreprises et aux organisations ce que Max Havelaar est aux produits issus du commerce équitable. Non spécifique à l’industrie textile, Lucie soutient les organisations engagées en leur proposant un parcours pour progresser en responsabilité sociétale. L’objectif est ainsi d’avoir un impact positif sur les territoires et les Hommes en éveillant les consciences et en mettant à disposition des outils alignés sur la norme ISO 26000.
Indépendante et reconnue, cette labellisation est attribuée par un comité d’experts après une évaluation réalisée par Bureau Veritas ou Vigeo Eiris.

 Ecocert : le label français pour le commerce équitable

Créé en 1991, l’organisme de certification français a mis en place un référentiel connu sous le nom « Equitable, Solidaire et Responsable » ESR dès 2007.
Travaillant en partenariat avec les entreprises opérant dans le commerce équitable et l’agriculture biologique, Ecocert a également mis en place un label spécifique au marché français : Contrôle Solidaire par Ecocert.
Dans cette mesure, et proche du « Made in France », il valorise les mécanismes de soutien aux tissus locaux et régionaux, la proximité géographique des transformateurs et des producteurs, et le pourcentage d’ingrédients issus du commerce équitable.

 GOTS : la valorisation des textiles biologiques

Au niveau de l’Union Européenne, l’Eco-label - logo écologique - permet d’identifier les produits respectueux de l’environnement, en dehors des denrées alimentaires.

Dans la continuité des actions entamées au niveau européen, le Global Organix Textile Standard (GOTS) a souhaité mettre en lumière un label mondial pour harmoniser les pratiques et certifier les textiles biologiques. Ses actions et ses travaux sont le fruit de plusieurs collaborations, dont Ecocert en France fait partie.

Le label présenté vise à garantir l’origine biologique des fibres textiles, et à s’assurer d’une production responsable et respectueuse de l’environnement à chaque étape. Les textiles certifiés doivent être composés de minimum 75% de matière biologique, tout en précisant si la matière est de culture bio ou en conversion bio.
Plus spécifiquement, il est possible de retrouver des certifications par matière.
Le label Organic Exchange (OE) garantit un taux de coton biologique dans le produit final mais, ne certifie pas les étapes de transformation (teinture) et les modes de production.

Dans le domaine du cuir, Naturleder est le label européen reconnu.

 L’OEKO–TEX : la garantie contre les substances nocives

Sensibles, fragiles ou simplement engagés, vous recherchez un produit sûr pour votre santé ? Le label OEKO-TEX, créé dans les années 1990, certifie de manière indépendante les textiles. Grâce au système de contrôle et de certification, il garantit l’absence de substances chimiques et de produits toxiques pour l’humain et l’environnement, et ce, à chaque étape de production et de traitement. Les critères sont stricts et les tests prennent en compte les substances interdites ou réglementées par les lois, mais également les produits nocifs connus mais pas toujours prohibés. Plusieurs distinctions sont également envisageables, Oeko-Tex 100 plus et Oeko-Tex Standard 1000.

Fairtrade : la promotion du commerce équitable

Connue dans le secteur de l’agro-alimentaire, la mention commerce équitable se retrouve dans l’industrie textile sous le nom de Fairtrade par Max Havelaar.
Basé sur les critères de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), ce label s’intéresse aux étapes de production, aux respect et droits des travailleurs et à la sécurité au travail. Les porteurs du label doivent s’engager à investir sur le long terme pour les conditions de leurs ouvriers, et à déployer des efforts en matière de formation et d’éducation.
Il est nécessaire de mentionner, que les labels Fair for Life, Fair Trade Usa ou encore WFTO sont également reconnus et soutiennent les petits producteurs.

 

Article par Mathilde Vasseur.