Si les fibres végétales ont progressivement fait leur place dans les armoires, les fibres synthétiques recyclées n’ont pas pour autant été écartées. Découvrons les avantages et les inconvénients d’une matière déjà fortement utilisée.

Polyester recyclé : une réelle alternative

Peu demandeur en eau, le polyester recyclé rPET est une matière dérivée du plastique et réalisée à partir de bouteilles plastiques PET revalorisées. Il peut également être produit à partir d’anciens vêtements ou d’autres déchets plastiques.

Bien que non biodégradable, il reste recyclable (à l’infini) et bénéficie d’ores et déjà d’un circuit de recyclage industriel complet. Le recyclage mécanique est plus largement utilisé car moins couteux et consiste à récupérer tout objet plastique, le déchiqueter et le réintroduire dans un processus de fabrication. Le recyclage chimique de laboratoire, plus technique, résulte quant à lui de la reconstitution des polymères.

De fait, le polyester recyclé contribue alors à la réduction de la dépendance au pétrole et permet surtout de valoriser des déchets. C’est d’ailleurs ces deux avantages qui font de ce matériau une alternative durable.

Si de nombreuses marques utilisent aujourd'hui cette fibre, c’est la marque californienne Patagonia qui est à l’origine des premières productions à grande échelle dans les années 1980. Ayant lancé les fameuses polaires haut de gamme, le fabricant de tissus techniques aurait contribué à la transformation de plus d’un milliard de bouteilles.

Polyester recyclé : une utilisation multipliée

Trois fois plus utilisé que le coton, le polyester vierge est utilisé pour les collections sport et ses nombreuses propriétés techniques sont appréciées (séchage rapide, repassage inutile). Cette matière fait également l’objet de nombreuses innovations, recherches & développement, notamment sur la chaine de production. Le but est de privilégier le déploiement de son homologue recyclé.

En effet, désormais, les techniques de production s’affinent et permettent d’améliorer les matériaux et contribuer à la création de produits à faible empreinte carbone. Apprécié pour sa qualité identique au polyester vierge, la production du rPET permet de réduire les émissions de CO2 de 30%.

Permettant déjà la réduction de leur consommation en eau de 50% par rapport au coton, certaines marques se lancent également dans la production de tissus partiellement biodégradables, grâce à l’ajout d’un additif attirant les micro-organismes. Si cette innovation parait aujourd’hui attirante, il faut toutefois nuancer ses qualités puisque la décomposition ne pourra être réalisée qu’à des conditions spécifiques de chaleur et d’humidité.

Polyester recyclé : une éco-responsabilité à nuancer

La mise en place d’une boucle totalement fermée reste encore aujourd’hui un défi à relever. En effet, une telle solution implique l’optimisation de l’ensemble de la chaine de production, dont notamment le triage des déchets. De plus, souvent mélangé à d’autres fibres textiles comme le coton, le polyester recyclé devient alors beaucoup plus difficile à recycler.

En outre, le recyclage de cette fibre reste limité dans le temps. Après plusieurs recyclages, la fibre se dégrade et finit alors à la décharge.

Par ailleurs, pour être recyclé le polyester passe par un processus de transformation chimique afin de récupérer les monomères initiaux. Cette méthode nécessité l’utilisation de nombreux produits chimiques aussi nocifs que toxiques. En sus, dérivé de la pétrochimie, sa fabrication et les teintures utilisées impliquent des substances chimiques qui peuvent être dangereuses pour la santé.

Enfin, les vêtements en polyester recyclés relâchent à chaque lavage des microparticules plastiques dans les eaux usées, et, étant non filtrables elles contribuent à la pollution des sols et des océans.

 

Alternative durable mais pas 100% responsable, la consécration du polyester recyclé reste à nuancer. Les fibres naturelles, comme le tencel ou encore le lin, sont à privilégier tout comme la réduction de nos consommations. Par ailleurs, la diminution des pollutions associées au polyester recyclé pourrait être apportée par l’utilisation de sacs protecteurs pour le lavage des vêtements synthétiques (afin de retenir jusqu’à 80% de microparticules).

Article par Mathilde Vasseur.