Styliste anglaise renommée, Stella McCartney est connue pour ses engagements dans la mode responsable depuis 20 ans déjà. Si cette végétarienne engagée s’est rapidement démarquée en suivant la voie de la durabilité, elle a également forgé son parcours auprès de grandes maisons de couture. Sacrée Meilleure Designer de l’année dès 2000 mais aussi en 2004 et 2005, elle a également été reconnue femme de courage, pour sa participation dans la lutte contre le cancer.

Un bagage inégalé

Si la jeune femme a débuté sa carrière en stage au sein de la maison Christian Lacroix, elle a ensuite construit un parcours unique et riche. Après un passage chez le tailleur homme Sexton, puis chez Jackson, elle présente en 1995 une première collection au Martin College de Londres. Elle lance ensuite sa propre collection de vêtements, en 2001, avec le groupe Gucci (devenu Kering), et continue d’enrichir son bagage avec la maison Chloé à Paris où elle remplace Karl Lagerfeld. 

Ses créations et associations les plus connues sont surement celles avec H&M et la collection « capsule » ou encore l’emblématique « Adidas by Stella McCartney ». Cet engagement sportswear lui a permis d’habiller les jeunes athlètes britanniques aux JO de Londres en 2012.

De l’esthétisme à la durabilité

    Végétarienne depuis son plus jeune âge, l’anglaise a rapidement renoncé aux matières d’origine animale. Sans fourrure, sans cuir, sans plumes, ses collections visent également à protéger cette cause. Pionnière de l’éco-responsabilité, qui a rapidement représenté plus de 50% de ses collections, Stella McCartney n’a pas manqué de démontrer que mode et durabilité n’étaient pas si éloignées. Appliquant ses principes pour la réalisation de toutes ses créations, elle déploie ses critères à toute la chaine de production.

    S’il n’est pas toujours facile de trouver des alternatives aux matériaux traditionnels sans modifier le design d'une pièce, elle a très vite trouvé des solutions adaptées répondant à la fois à ses valeurs et à ses exigences de style; à l’image de l’utilisation du Néoprène pour le simili cuir ou encore du raphia et du nylon regénéré. Innovante et polyvalente, Stella McCartney continue de se démarquer. L’an passé, la jeune créatrice fait l’usage du Koba pour réaliser une fausse fourrure noire végétale, recyclable et biodégradable.

    L’ouverture d’une boutique londonienne en 2018 confirme les engagements de la jeune styliste. Mariage du luxe, du design mais surtout de l'éco-responsabilité, et fort d’un partenariat avec Airlabs, cette nouvelle boutique a également privilégié la qualité de l’air, en la maintenant au meilleur taux possible.

    Avant-gardiste, c’est également le qualitatif du magasin qui ne présente que des créations fait main, biologiques et éthiques. 

    Des innovations recherchées et valorisées

    Si l’émancipation des marques de luxe et notamment du groupe Kering en 2018 lorsqu’elle reprend le contrôle de sa marque avait fait parler d’elle, un an après, la jeune styliste fait le choix de s’associer à LVMH. Renforçant les engagements de la grande maison en matière de développement durable, et en permettant de toucher directement les consommateurs nouvelles générations, ce nouveau partenariat promet d’être bénéfique pour les deux parties concernées.

    Sa dernière innovation n’est pas sans manquer d’originalité. Clin d’œil à l’ouvrage de l’auteur environnemental Jonathan Safran, la nouvelle capsule « We are the Weather » met en avant des pièces aux imprimés solaires réalisées à partir de coton biologique ou de cachemire recyclé. La campagne publicitaire associée demeure fidèle aux valeurs de la créatrice qui s’est d’ailleurs associée à des femmes prônant un mode de vie respectueux de la planète et des espèces. 

    Avant-gardiste, hyperactive, dynamique et engagée, cette pionnière de la mode durable responsable, éthique et respectueuse de l’environnement ne manquera pas de continuer à nous impressionner.